Cet article a été écrit par

4 février 2010

Soirée Grands Champagnes

Soirée Grands ChampagnesSoirée Grands Champagnes

Une belle soirée en perspective chez Lavinia Genève avec cette soirée « Grand Champagnes ». Christophe, Patrick et Laurent sont présents ce 09.12.09.

En cadeau de bienvenue, on nous sert  un Vouette & Sorbée Fidèle qui est pour moi un très beau champagne  et qui sera plus grand que bien des champagnes qui vont venir 15/10.

La Soirée commence avec le Pommery Louise 1999 à un nez crémeux, relativement simple, en bouche il est sec, simpliste, aigre et court en final. Décevant 9,5-10/20. Heureusement le Veuve Cliquot Ponsardin La Grande Dame 1998 montre un nez plus complexe crémeux avec de la noisette, noix, mandarine et des champignons. Une bouche crémeuse avec de la pomme Golden, une belle acidité. Un bel équilibre. Un vin à boire maintenant 15/20.

 Veuve Cliquot Ponsardin La Grande Dame 1998

 Le Tattinger Comtes de Champagne 1998 montre sur la première bouteille un défaut, nez très soufré, poivré. épicé avec un goût citronné qui est très long 13/20. La deuxième bouteille est moins soufrée et à un goût d’asperge plus marqué 14/20.

Gosset Célébris 1998 est un beau champagne, le nez  nous envoie dans la confiture de mûre, de framboises, de bonbons anglais. Il a aussi une grosse concentration. En bouche il est beurré, toasté avec un goût prédominent de framboise 16/20.

Gosset Célébris 1998

Dom Périgon Oenothèque 1995 sera la déception de la soirée, un nez légèrement soufré avec un côté de bouillon de Maggi. il ressemble un peu au Tattinger. En bouche, on a de jolies bulles qui s’efface très rapidement sur une chute brutale. Trop court pour un vin de ce calibre 14/20

Dom Périgon Oenothèque 1995

Laurent Perrier Alexandra 1998 rosé, on trouve de la compote de rhubarbe + de la framboise au nez et en bouche. Un champagne élégant, d’une belle amplitude. On apprécie 17.5/20.

Laurent Perrier Alexandra 1998 rosé

Ruinart Dom Ruinart 1996. Un millésime exceptionnel, mais qui restera en vacances. Un nez soufré sur la première bouteille qui sera moindre sur la deuxième, mais un champagne décevant. Rien à ajouter. 12,5/20

Je dois avouer qu’après 9 champagnes et quelques morceaux de pain, un en-cas aurait été le bienvenu…celui-ci ne sera servi malheureusement qu’après la 12ème bouteille au grand désespoir de la table et des convives présents….

Jacques Selosse Substance. Enorme champagne, toute en densité, au nez on trouve du bouillon de légumes, de la pomme bien mûr, de la banane confite, un côté beurré et toasté. En bouche le beurré et le toasté prédominent ainsi que le côté mûr. Magnifique 18/20

Jacques Selosse Substance

S de Salon Le Mesnil 1997, une couleur claire avec un nez minéral et de prune. En bouche on trouve une finesse et une subtilité extrême, un côté fromager ! Un champagne sûrement trop jeune, mais plaisant 16/20

 S de Salon Le Mesnil 1997

Pol  Roger Sir Winston Churchill 1998, une déception puisqu’on nous avait annoncé le 1996 qui est grandiose suite à plusieurs dégustations dans le passé. Nez de viande blanche grillée, toasté. En bouche on retrouve ce côté viandé, un peu court en bouche. Néanmoins, ce champagne est bien tenu est mérite un 15,5-16/20

Pol  Roger Sir Winston Churchill 1998

Krug 1998. Magnifique, nez céréalier, crémeux et bien concentré. En bouche on trouve une belle amplitude, un bel équilibre, une touche de céréales et de citron 18/20

 Krug 1998

Bollinger RD 1996 sera probablement le vin de la soirée avec le Krug. Un nez de céréales, toasté et citronné. En bouche on retrouvera les mêmes caractéristiques. Très très beau champagne (est-ce le millésime ?) 18,5/20

Bollinger RD 1996

On finira la dégustation avec du foie gras, du saumon sauvage, des noix de St Jacques ainsi que des queues de gambas. Un  Vouette & Sorbée Blanc d’Argile en Magnum nous sera servi pour terminer cette jolie soirée. Nez d’agrumes, pamplemousse, menthe. En bouche net et précis 16/20

Vouette & Sorbée Blanc d'Argile

Une soirée bien organisée, mais qui malheureusement aura commencé avec 45 minutes de retard ! La précision Suisse en prends un coup…même le quart d’heure Vaudois est dépassé ! Le problème classique est qu’on traîne sur les premiers verres et vers la fin on accélère avec 4 vins en 2 minutes alors qu’on goûte les plus belles bouteilles. De plus quelques choses à manger n’aurait pas été superflu lors de la dégustation. Je ne pense pas que du saumon, des St-Jacques ou des gambas aurait altérés nos papilles.

écrit par | Publié dans: Dégustations et soirées thématiques | Mots clefs:

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!