Cet article a été écrit par

21 janvier 2010

2ème tuerie en Suisse

2ème tuerie en Suisse2ème tuerie en Suisse

Voici la deuxième tuerie en l’an 08.08.09 et la première en Suisse ! Nous devons noter l’absence de Fabrizio et d »Amel plus connue sous le nom de Maya l’abeille . En effet notre infortunée amie n’a rien trouvé de mieux que se faire piquer par une abeille le jour d’avant… ce qui n’est pas très grave sauf si l’on est allergique !

Champagne Tattinger Collection Vasarely 1978. Couleur or, Nez crème et agrumes. Bouche sublime et longue avec des notes de mirabelles, pêche de vignes. Les bulles encore présentes et de belle structure.

tattinger 1978

Champagne Saran Nature de Moët et Chandon (autour de 1950-60) couleur moins dorée qu’une bouteille précédente. Les bulles sont peu présentes, au nez café, crème et cacao. En bouche c’est un festival d’arômes, une belle longueur. Belle acidité. Peut-être moins complexe que le Vasarely. Une très bonne surprise malgré tout.

saransaran avec un verre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Champagne Larmandier-Bernier Rosé de Saignée. Nez cerise rouge, framboise et cassis. En bouche les bulles sont un peu vulgaires, le tout est un peu lourd, manque de vivacité. A eu beaucoup de peine face aux deux précédents champagnes.

Champagne Larmandier

vin belge de Chardonnay Genoels-Elderen 2003. Couleur dorée. Vin étonnant et amusant. Un côté beurré et toasté. Ce chardonnay est quand même simple et un peu lourd.

Bienvenues Batard Montrachet grand cru 2004 de Guillemard-Clerc. Couleur claire et pâle. Un vin avec une superbe trame, acidité parfaite. Un vin jeune, toasté, notes d’agrumes, citron. Belle bouteille

vin belge de Chardonnay Genoels-ElderenBienvenues Batard Montrachet grand cru 2004 de Guillemard-Clerc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de ce moment les bouteilles vont être servies à l’aveugle pour garder une neutralité lors de la dégustation. Pas de grosses surprises lors de la soirée si ce n’est le mouton qui a été exceptionnel ainsi que le Cos d’Estournel. Une palme aussi pour l’Overnoy 1989 et en général les autres vins qui étaient tous d’un niveau très élevé.

Château Chalon de la fruitière 1969. Couleur ambre clair. Nez de noix verte, tapenade d’olives, encaustique. En bouche, l’attaque est vive, long en bouche, ne fait pas son âge. Les arômes en bouche sont similaires au nez, on y trouve aussi un goût de la vieille huile d’olive.

chateau chalon 1969

 Vin jaune de Pierre Overnoy 1989. Couleur ambre foncé. Nez de noix, fruits confits. En bouche c’est magistral, des arômes de gâteau aux noix, mangue et coing confits.

vin jaune Overnoy 1989

Château Figeac 1979 ne laissera pas un souvenir impérissable, un vin correct avec en bouche du sous-bois, notes de champignons. Le corps était maigre/dilué.

Château Bel-Air Marquis D’Aligre 1970. Alors qu’on n’en attendait pas grand-chose de cette bouteille, en dégustation il s’avèrera capiteux, jeune et long en bouche. La plupart des participants ont d’ailleurs mis ce vin dans les années 90 !

figeac 1979 et Bel Air 1970

 Clos des Lambrays 1982 Magnifique bouteille dans la pure tradition des pinots. Sublime nez de framboises, mûres, cassis enrobés d’olive et de cire. En bouche vin d’une grande finesse et d’une très belle complexité. 

Clos des Lambrays 1982prêt à manger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Château Lafite Rotschild 198? (date inconnue) un vin fatigué, probablement venant de la conservation qui n’a pas été optimale. Beaucoup de tannins, un peu de cassis et  astringent.

Château Cos d’Estournel 1955 Gigantesque, tannins fondus et soyeux. En bouche notes de tabac, de pruneaux, du champignon sec, de sous-bois et même un peu camphré.

Lafite inconnucos d'estournel 1955

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Château Mouton Rothschild 1978 Magnifique aussi. Un grand moment. Au nez des notes herbacées et de fruits noires intenses. En bouche on trouve de la crème brulée, les fruits noirs et le côté herbacé. Très bel équilibre, corps magnifique.

La Syrare d’Alain Gallety 2003. Un vin des coteaux du Vivarais. En bouche, confituré, très épicé, poivré, arômes de prunes mûres et de fruits noires. 

mouton 1978La Syrare 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Riesling Clos Ste Hune 2000 de Trimbach. Un vin encore fermé, un nez peu expressif avec quand même un côté minéral. En bouche on a du silex et de la craie.clos Ste Hune 2000

Château Climens 1989 Un vin trop jeune qui n’a pas donné sa plénitude lors de cette soirée. Nez d’ananas, de fruits confits. En bouche ananas confit et du coing. L’équilibre sucré/acidité était intéressante, mais il va falloir regoûter ce nectar pas avant une dizaine d’années !

Château Climens 1979 Un vin moins prometteur que le 1989, mais plus mature et expressif aujourd’hui. Nez de confiture d’orange Séville, de tabac et de camomille. En bouche, le tout est plaisant, on trouve de la vanille et de l’orange confite.

Climens 1989Climens 1979

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madeira Malmsey Solera 1880 Encore une fois on se retrouve devant un madère du 19ème. Une Solera qui explique la puissance et la jeunesse de ce breuvage. La robe est couleur molasse. Au nez nous avons de la noix, de l’olive, du clou de girofle, du café. En bouche on est sur le cacao et le caramel, crémeux, onctueux et long en bouche.Madeira 1880Madeira 1880 gros plan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cognac Grande Champagne J. Calvet 1893 Lors de l’ouverture, l’alcool était très présent et il a fallu attendre un moment avant de pouvoir en boire  un peu. Il faut dire qu’on avait été présomptueux avec les doses…on avait oublié qu’on était en fin de soirée ! Apparence ambrée. Au nez on trouve: moka, crème, café, lait, viande rouge, bouillon de poule, viandox, salin, chèvrefeuille, persil, réglisse et menthe. En bouche: moka, chocolat, lait, bouillon de poule, viandox, sel, réglisse et en final: chocolat, persil, réglisse et lait.

 Cognac 1893Cognac 1893 gros plan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le lendemain

Champagne Initiale de Jacques Selosse Comme toujours on a eu un moment agréable avec ce superbe champagne qui est censé être le plus basique de la marque !

Château la Mission Haut Brion 1964 bouchonnée (mais Benoît et Patrick ont bu la même quelques temps auparavant qui était magnifique, nez d’encre, de camphre et d’olives noires. En bouche on prend les mêmes, mais en plus concentré. Final éblouissant)

vin de voile 1997 de Robert et Bernard Flageoles. Décevant, manque pour moi de complexité. Peut-être beaucoup trop jeune.

bouteilles du dimanche

écrit par | Publié dans: Soirées "les Tueries" | Mots clefs: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!