Cet article a été écrit par

21 janvier 2010

Autres bouteilles tuées par Laurent – 1er semestre 2009

Autres bouteilles tuées par Laurent – 1er semestre 2009Autres bouteilles tuées par Laurent – 1er semestre 2009

 Dalva Golden White colheita 1952 (bottled in 2003) Un porto blanc millésimé, rare et magnifique. Un porto qui a 51 ans de barrique ! Robe ambrée, en bouche on a de la fleur d’oranger, du caramel, de la vanille, du miel et une touche citronnée. Une longueur en bouche phénoménale, un porto soyeux et élégant.

MadeiraWine Malmsey vintage 1900 Encore une bouteille exceptionnelle ouverte avec mon ami Dominique et sa femme. Un nez oxydé avec de la noix, du caramel et de la compote de fruits. Au palais on a de la confiture de prune, de la cerise enrobée de chocolat noir et du caramel. Un vin puissant, sans fin, avec un bel équilibré alcool/acidité. Une expérience magnifique.

 Dalva Golden White colheita 1952 (bottled in 2003)MadeiraWine Malmsey vintage 1900

 

 

 

 

 

 

 

 

Anjou Saint-Aubin-de-Luigne 1950. Un vin certes fatigué par le temps, mais qui se boit facilement, il est même plaisant. Nez de fruits confits, de fruits secs avec quelques notes florales. En bouche une acidité faible, des notes de fruits jaunes légèrement confituré, d’amande et de noisette. Un peu de miel et de poire à la seconde dégustation.

Château de Pommard 1970 de JL Laplanche. Une bouteille fabuleuse. D’ailleurs j’ai eu l’occasion d’en goûter quelques-unes de ce millésime et de ce producteur; jamais de déception. Nez de cassis et de prune. Long en bouche avec un bel équilibre acidité/tannin, cassis, prune, poivre, champignons et cuir

Anjou Saint-Aubin-de-Luigne 1950Château Pommard 1970 JL Laplanche

 

 

 

 

 

 

 

 

Château Margaux 1937. Bouteille ouverte à l’aveugle lors d’une soirée en présence de Patrick M et Philippe. Une mise d’Edouard Mahler, négociant en Suisse. Le niveau est bas goulot, une bouteille qui est certes sur le déclin, mais avec quand même dans cette mise une belle longueur et des tannins encore présents. Le tout est plaisant et la bouteille se sirotera lentement avec un grand plaisir.

14.04.09 Chassagne-Montrachet 1969 de Moillard. Beaucoup de chance sur cette bouteille qui est encore bonne, arômes d’agrumes et de fruits blancs.

Château Margaux 1937Chassagne-Montrachet 1969 de Moillard

 

 

 

 

 

 

 

 

Garrafeira Particular Hotel Vasco do Gama Colheita de 1948. Bouteille achetée par hasard et partagée avec Philippe à la maison un samedi soir en fin d’après-midi… Une bouteille grandiose, exceptionnelle.

Garrafeira Particular Hotel Vasco do Gama Colheita de 1948

Chambertin Grand Cru 1978 et 1993 du Domaine Trapet. Bouteilles bues avec Christophe. Une fois encore je suis très déçu de ses bouteilles qui ne sont de loin pas au niveau que j’attendais. Je n’ai pas encore goûté une grande  bouteille de ce producteur très réputé. Sûrement que je n’ai pas eu de chance. 

 Chambertin Grand Cru 1978 du Domaine TrapetChambertin Grand Cru 1993 du Domaine Trapet

 

 

 

 

 

 

 

 

Château Doisy Daene 1927. Niveau bas d’épaule, bouchon qui se détériore. Robe caramel ambré. Le nez est légèrement oydé avec des arômes de noix et d’amandes grillées. En bouche, peu sucré, fruits confits, coing, noix et pain d’épice. Un vin surprenant est qui laissera une impression mitigée.

Château Doisy Daene 1927 

Baron de L 1985. Un vin passé, plat. Est-ce dû au cépage, au millésime, au producteur ou à la conservation ? il me reste une bouteille et je me réjouis de voir si elle est en meilleure condition.

Vosne-Romanée Clos Goillotte 1999 du domaine Prieuré-Roch. Une merveille de sensualité dans un millésime pour moi extraordinaire dans ce clos. Au nez , il y a de la cerise, du poivre, de la framboise et du cuir. En bouche on part sur la réglisse, les fruits rouges et la chasse. Un vin sensuel, élégant et fin.

 

Baron de L 1985Vosne-Romanée Clos Goillotte 1999 du domaine Prieuré-Roch 

 

 

 

 

 

 

 

Château Lynch Bages 1981 Un bon vin, au nez il y a du sous-bois, champignons et du vieux cuir. En bouche il y a un peu de cerise, du champignon, de la terre et du cuir. Ce Pauillac est serré, à un corps moyen et un final, ni trop long, ni trop court….

Château de Pommard 1964 de JL Laplanche. Bouteille moins grande que les millésimes 1970 ou 1978. Vin sans grand relief. Bon, mais sans plus

Château Lynch Bages 1981Château de Pommard 1964 de JL Laplanche

 

 

 

 

 

 

 

 

Meursault blanc 1969 de Rémi de Foulanges. La robe est dorée, au nez on a des notes citronnées, de tilleul et de champignons de Paris. En bouche le vin est un peu fatigué, mais il reste suffisamment de sucre et d’acidité pour en faire un vin plaisant.

Petite soirée avec 3 vieux vins espagnols, Vina Albina Gran Reserva 1978, Marques de Riscal 1976, Federico Paternina 1977.  J’adore les vieux vins espagnols quand ils sont comme ceux-là ! Ils ont une jeunesse malgré leur 30 ans. Les vins ont perdu l’agressivité de leur jeunesse, on trouve au nez des fruits rouges (Vina Albina) ou des fruits noirs (Marques & Paternina), de la menthe, du vieux cuir et du fumé. Ils sont délicats et doux comme du velours. Long en bouche avec parfois une très belle acidité, on y retrouve les fruits rouges ou noirs, mais cette fois plus confituré, il y a un côté métallique, tisane et cuir. Que du plaisir !

 Meursault blanc 1969 de Rémi de FoulangesVina Albina Gran Reserva 1978

 

 

 

 

 

 

 

 

Marques de Riscal 1976Federico Paternina 1977 

 

 

 

 

 

 

 

 Tavel l’Anglore 2007 d’Eric Pfifferling. 100% grenache. Un rosé qui se boit avec une bonne côte de boeuf de Siemmenthal, robe rouge cuivrée, en bouche un vin épicé pur plaisir. Un chef d’oeuvre.

Rosé d’Alsace de Josmeyer 1973. Bouteille ouverte avec Patrick sur la terrasse. Le bouchon est moisi, le nez est  dirait-on, bouchonné…après 45 minutes d’attente, le vin a complètement changé. Dans le verre on a encore un peu ces senteurs de sous-bois et de champignons, mais en bouche c’est un délice. Groseilles, framboises avec un côté herbacé. Une belle surprise.

Tavel l'Anglore 2007 d'Eric PfifferlingRosé d'Alsace de Josmeyer 1973

 

 

 

 

 

 

 

 

Rioja Siglo 1971 de Fuenmayor. Une bonne bouteille, moins aboutie que les 3 vins espagnols bus un peu plus haut. Le vin est plus mature, plus confituré et moins élégant. Il y a aussi en bouche un côté poussiéreux qui dérange. Bon, mais sans plus.

Château Cos d’Estournel 1976. Je n’ai pas pris de notes pour ce vin. De mémoire il était bon, nez de cassis, de tabac et de cuir. En bouche le vin était astringent, végétal avec un corps moyen. Au palais des fruits rouges et du tabac.  Un vin à boire si ce n’est pas déjà trop tard ! 

Rioja Siglo 1971 de FuenmayorCos d'Estournel 1976

 

 

 

 

 

 

 

 

Tokaji 4 puttonyos 1966. Bouteille bue avec Christophe. Couleur encre, vin très dense, un régal au palais. En le buvant avec notre cigare, on se trouvait dans un autre monde. Magnifique !

Tokaji 4 puttonyos 1966

écrit par | Publié dans: Nécropole photographique | Mots clefs: , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!