Cet article a été écrit par

21 janvier 2010

Voyage en Belgique du 28-31.07 et 01-02.08.09 (2ème partie)

Voyage en Belgique du 28-31.07 et 01-02.08.09 (2ème partie)Voyage en Belgique du 28-31.07 et 01-02.08.09 (2ème partie)

JOURNEE DU 28 JUILLET 2009

Soirée chez Benoit. Achat de ces bouteilles dans un lieu secret de Bruxelles…connu seulement des amateurs éclairés !

Savigny les Beaune PC La Dominode 2000. Nez agréable sur les fruits rouges. Bouche sympathique, mais un peu dilué

Château Lafite Rotschild 1931 (synthèse : enivrant) : 96+ Nez précis sur le SOUS-BOIS, pointes lactiques, pain d’épices, résine, viandé, champignons, minéral, pâtisserie, salin, ALGUES. Bouches : beaux tanins extrêmement fins. Bouche longue, précise et équilibrée. Arômes d’épices (coriandre), fumoir à jambon, fumé.

Château Lafite Rotschild 1931

Château Lynch Bages 1937 synthèse : vin dense et ample, encore un peu jeune. Nez : pruneaux, agrumes légèrement confits. Bouche. Grande longueur et persistante. Tanins superbes et soyeux. On sent des prunes, des fruits rouges, de la mûre, du cassis, de la lavande et de la chasse. Une jeunesse impressionnante en bouche. Tanins encore un peu durs. 2ème nez : crémeux, champignons, poivrons (nobles). Bouche pure, structurée, mousse de fraise, groseilles et framboises, notes tourbées et persillées.

Château Lynch Bages 1937

 

JOURNEE DU 29 JUILLET 2009

 

Repas au George V à Paris. Partie fine avec Benoît, Patrick et Vincent.

1ère entrée 

Risotto st Jacques et abricot : bon, précis et original

Benoît (langoustines et jardinière de légumes) : classique, mais peu mieux faire

2ème entrée

 Homard entier avec une grossière sauce style jus de viande malgré un sublime accompagnement à base de homard et courgette fris (décevant par rapport à l’Elysée Duvernay)

Plat

Patrick : ris de veau (médiocre, cuisson inadéquate : trop cuite)

Côte de veau sublime (avec un peu trop de sauce)

Carte des vins équilibrée sur les grandes maisons mais incohérente au niveau des prix (Raveneau Les clos dans les bouteilles les moins chères 105€…, la plupart des bouteilles étant à plus de 200 € ; rien à voir avec les prix modérés de la magnifique carte de chez Taillevent.

Repas sauvé par les vins apportés (500€ par personne pour la nourriture et le Raveneau ; et 330 € pour les vins)

Clos 2005 de Raveneau (89-90/100), Fermé, notes citronnées, légèrement boisé, finale courte (une pointe  de dilution), arômes lactiques

bouteilles bues au George V

Montrachet 1995 de chez Prieur (92/100), Nez caramel, crème brulée, rhubarbe, abricot. En bouche : un peu fermée à l’ouverture et puis, d’une grande longueur et finesse (lorsque le bois a fondu après 40 minutes)

Château Montrose 1964 (94/100) Bouteille parfaite, équilibrée avec des notes sur la prune, griottes, venaison, torréfaction, réglisse et CHAMPIGNONS. Bouche précise avec des tanins soyeux, structure équilibrée. Belle amplitude et belle longueur. Bouteille à l’apogée

Château Calon Ségur 1949 (96/100) Fabuleux, nez sous-bois, tapenades, thym, pointes d’hydrocarbures. Bouche longue, herbacée et équilibrée.

Château Yquem 1937 (99/100) Nez sur les figues, miels/HYDROMEL, crème brûlée, chocolat noir amer, abricots confits, bonbon anglais, caramel. En bouche : oranges confites et mines de crayon

NB: Nous pensions avoir atteint le sommet avec Yquem 1967 et c’est beaucoup plus grand

 Madeira Malvoisia 1907 (95+) Belle matière (concentration de matière) ; complexité aromatique limitée avec une dominante de noix verte

Spätlese 1982 d’Egon Müller. Nez un peu timide. Bouche avec des fruits confits (abricots) et hydrocarbure

En résumé: Prix exorbitants, voire indécents  vu la qualité générale. Cuisine simple sans complexité

Ensuite petite soirée entre amis:

Chevalier Montrachet Chartron 1984 (foutu)

Vosne PC Les Chaumes Méo 1988 (85/100) Nez pas très expressif (épices et floral) ; bouche tannique, compote de fruits rouges, un peu plat en fin de bouche. Trop sur l’acidité et pas assez équilibré

Château Le Gay Pomerol 1985 (92/100) nez : épicé (thym, romarin), café, chocolat amer. Bouche bien équilibrée, tanins fondus et évolués, menthol, fruits rouges (griottes confites), abricots confiturés, thym et poivre blanc.

Château Le Gay 1985

Château Gazin 1955. Nez sous-bois. Tanins explosifs, soyeux.

 

Château Gazin 1955 Calvados 20 ans d’âge du Père Jules (à éviter en fin de soirée)

 

JOURNEE DU 30 JUILLET 2009

 

Repas à Lavinia (Paris)

Tartare avec un Champagne Ulysse Colin, extra brut. Décevant, car un peu trop dosé pour un extra-brut et on s’attendait à plus de complexité

Taillevent : Crozes-Hermitage Blanc Graillot 2004,  bu un verre de ce vin offert par la maison. Très bon. A conseiller

Restaurant Gourmands 

Mise en bouche. Champagne maison.

Fraicheur de homard bleu aux trois saveurs : truffe foie gras, gaspacho, mayonnaise accompagné d’un Sancerre Dagueneau Monts Damnés 2007. Nez de melon, belle pureté. Bouche longue et fine

Etuvée de homard bleu, passe pierre, beurre aux algues avec un Puligny Montrachet Les Perrières 1er cru Carillon Père & Fils 1996. Nez toasté, hydrocarbure, écorce de poirier. Bouche abricot avec une grande longueur. 

Homard bleu rôti, orechiette à la Genovese accompagné d’un Meursault PC Les Charmes Roulot 2003. Notes d’épices, thym, crémeux, encore jeune. Bouche gelée de coin avec une belle finesse et une subtile minéralité

Bruschetta de chèvre à la tomate confite avec un Clos Rougeard Le Bourg de Foucault 1997. Notes d’écuries, de cuir, de viandé. Bien équilibré, mais avec un peu trop d’acidité en première bouche

Palet chocolat caraïbe, framboises, sorbet ibanao avec un Beaune PC Cent Vignes Louis Jadot 1996.

 

JOURNEE DU 31 JUILLET 2009

 

A Midi le vendredi:

Cuvée sexy, vin portugais bodybuildé qui plairait beaucoup outre-Atlantique….

 Restaurant Fox:

Bourgogne Aligoté Coche Dury 2005, bu une bouteille en vue d’analyser la carte des vins. Le Coche était d’ailleurs superbe.

 Restaurant Flore:

Sole meunière/turbot avec Sancerre Monts Damnés 2006 de Cotat

Ris de veau/côte de veau avec un Secret de Campane de Camille Cayran. Superbe ! 

Le Soir chez Benoit

Château Gazin 1877 (98+/100). Nez crème brûlée;

2ème nez: encre, essence de thym, romarin

3ème nez : radis, fenouil, camomille,  craie (plâtre humide), encens, résine, cire d’abeille, REGLISSE, épices (sauge et estragon)

4ème nez : épine de pin et humus, tisane, ENCRE

CONCENTRATION

5ème nez : poussière de paille, chartreuse, noix verte, laurier, olive noire, écorce de melon

Bouche pure, longue, petite pointe de levure de bière (lambic)

2ème bouche : cire d’abeilles (encaustique), lavande (patchouli), LONGUEUR

3ème bouche : menthe, soupe d’ortie, viandé, melon

Château Gazin 1877

 Cru du Vieux chêne, 1ère côtes de Bordeaux 1945 (97/100) Nez : Abricot, résine, COING (gelée de coing), pierre à fusil. En parallèle : cacao, caramel, chocolat amer

2ème nez : croûte de champignons, encre, miel d’acacias, chèvrefeuille, mine de crayon, poudre à canon, liqueur de mandarine, anis de Flagey, beurre pâtissier

3ème nez: un nez d’Yquem

Bouche : Longueur : phénoménal (plus de 20-25 caudalies), orange confite, finale minérale (silex, craie, mines de crayon), gelée de coin

Cru du Vieux chêne, 1ère côtes de Bordeaux 1945

Pause au bout d’une heure de commentaires et repos avec une Chimay de table (non commercialisée : levure naturelle au nez et épice et poivre blanc en bouche). 

Bière trappiste de Chimay pour finir cette journée

 

JOURNEE DU 01-02 AOUT 2009

 

Le fox (nourriture exceptionnelle malgré un service de vin faible lié à une carte non mise à jour, pas de DRC 92, pas de Sainte-Hune 99, et pas de demie-bouteille de Grivault…)

Fricassée de sole avec une ½ Bouteille Etienne Sauzet Puligny PC Les Comettes 2006

 Suprême de turbot en croûte au beurre Nantais (somptueux !) avec un Puligny PC Pucelles Chavy 2006

Salade de fraises de bois, glace vanille/ crêpe flambée

 Cigare chez Six : Nub, Nicarao

Visite à Ostende de mon ami Geert

Château Lafite 1931. Foutu

 Pol Roger cuvée Winston Churchill 1993 (93/100) Exceptionnel. Nez avec des arômes de pamplemousses confits, menthes, mine de crayon. En bouche  mandarines confites, belle longueur et équilibré

 Whisky

Bowmore 25 ans, 1969 (bis) (92/100)

 McCallan 12 ans (bis) : oranges amers liées au fût de sherry, bonbons anglais (87/100)

 Strathisla, 25 ans, 40°  Rond, ample, oranges amers, miel (88-89/100)

Glen Lassaughau, Mission 1976 (MMC) , 46°. Doux, rond, mielleux, floral, pas très complexe (86/100)

Dimanche au Flore 

Sole de Niewpoort, ris de veau avec un Lis Negris 2005 (vénétie) nul, alcooleux, peu équilibré manquant de complexité (65+)

Secret de Campane 2008  de Camille Cayran (vin de la Principauté d’Orange, n’ayant pas droit à l’appellation) 

Te-Mata, coleraine, Cabernet Merlot, 2003. Nez intéressant sur un beau nez de Merlot, chrome. Bouche trop boisée (pas encore fondu) ; à regoûter

Tokaji Aszu 6 Puttonyos 1983, Különleges Minöségü Fehérbor (90/100) Nez complexe : pruneaux confits voir secs, notes terreuses, miel, tilleul. Bouche ample, riche finissant sur le raisin de Corinthe, longue PAI, petite pointe de poussière

écrit par | Publié dans: Voyages Dyonisiaques | Mots clefs: , , , , , , , , , , , , , , , , ,