Cet article a été écrit par

11 juin 2010

voyage à Madère (16-23.05.10)

voyage à Madère (16-23.05.10)voyage à Madère (16-23.05.10)

Pour commencer le voyage, nous faisons une petite halte à Lisbonne et une visite à l’institut du Porto de Lisbonne. S’il y a une adresse à éviter absolument…c’est bien celle-ci. L’endroit est bien évidemment touristique à mort, mais en plus la liste des portos est décevante. Le sommelier est sympa comme une porte de prison. De plus si vous lui demandez de l’aide, il vous dira que tout est dans la carte et que les prix justifient la qualité !!! Il semblerait après une petite enquête que les instituts sont « sponsorisés » par les marques et ne peuvent donc pas se prononcer ! ça serait bien de le préciser à l’entrée…

On goûtera néanmoins rapidement trois portos:

Tawny 30 ans Quinta Sta Eufemia. Couleur claire, le plus équilibré des trois, un beau fruit pour un vin qui est peut-être un des plus beaux tawnys 30 ans…

 Tawny 30 ans Casa Sta Eufemia. Il est plus boisé que le précédent, je le trouve de plus alcooleux et écoeurant. Pas au niveau de sa petite soeur (en fait Sta Eufemia a été divisée en deux suite à une succession houleuse). 

Romariz Colheita 1963. Beaucoup d’alcool qui anesthésie le palais. Pas grand chose à rajouter. Il est possible que la bouteille ait été ouverte depuis un certain temps… Bof

Ensuite visite de l’île de Madère qui est magnifique et surprenante.

vue magnifique avec des vignes

presque le paradis

magnifique plage de sable noir

perdu au milieu des montagnes

On commence à Funchal (la capitale) avec la visite des « caves » de  Blandy, de son musée et pour finir une dégustation de vieux millésimes. L’endroit est d’ailleurs plein de charmes et probablement un rêve pour tout amateur de Madères….

les livres concernant chaque millésimes

La salle de dégustation

quelques bouteilles de 1870

Sercial 1966 Blandy’s (embouteillée en 2004)

couleur plus claire que les précédentes. Nez poussiéreux et assez discret. Bouche tout en finesse avec un beau fruité. Une trame élégante. Il est très plaisant et on ressent une grande année. J’aime beaucoup.

Sercial 1966 Blandy's

Sercial 1950 Leacock’s (embouteillée en 1981)

Couleur ambrée/caramel, nez de pruneau. Bouche plus oxydative que la précédente, on y trouve de la mirabelle et un côté iodé très agréable. Beaucoup de tension et une longueur en bouche remarquable.

Sercial 1950 Leacock's

Sercial 1940 Blandy’s (embouteillée en 1979 et rebouchonée en 2009)

Couleur ambrée/caramel. Nez assez discret avec quand même du pruneau et une touche florale. La bouche est complexe, grasse, ample/ronde et tendue. Des arômes de noix bien évidemment sont présents.

Sercial 1940 Blandy's

Nous avons aussi goûté avec un petit groupe de touristes deux verres de début de gamme des vins de Madeira:

Medium Dry 3 years old Rainwater. Nez alcooleux et fruité, couleur très claire. Le vin est souple, pas si alcooleux que ça, il est relativement court en bouche et manque cruellement de complexité. Aucun intérêt.

Le deuxième est un mélange de deux cépages, mais aucune idée de quel produit il s’agit… Nez de noix et de raisin de Corinthe avec aussi de la mirabelle. La couleur est plus foncée. En bouche ça sent le fût, le vin a plus d’alcool que de tension. De plus, un côté amer ressort en fin de bouche. Beaucoup trop de volatile. Bof…

Bual 1966 Leacock’s (embouteillée en 2006)

Couleur claire, nez discret, voir même insignifiant. La bouche est ronde et ample. La trame est directe, droite. Des traces de noix et d’iode cachent une pointe métallique en fin de bouche. C’est bon, mais sans être exceptionnel.

Bual 1966 Leacock's

Bual 1958 cossard Gordon (embouteillée en 2006)

Couleur café et cognac. Nez de pruneau. Bouche plus alcooleuse que le 66, il prend bien le palais avec de la suavité en fin de bouche. Bon

Bual 1958 cossard Gordon

Bual 1920 Blandy’s (embouteillée en 2006)

Couleur cognac. Nez floral, de pruneau et de vanille. En bouche c’est rond, puissant, floral ainsi que du caramel et de la noix. C’est très long et l’acidité est superbement bien équilibrée. Très grand !

Bual 1920 Blandy's

Malmsey 1985 Blandy’s (embouteillée en 2009)

Couleur ambrée, mais un peu plus claire que les précédentes. Nez de noix. La bouche est suave et douce, mais quand même de l’acidité et de la tension. Ça manque malgré tout de complexité. Il faut dire qu’après le 1920…

Malmsey 1985 Blandy's

Nous décidons d’aller visiter la maison D’Oliveira. Nous commençons la dégustation avec de jeunes millésimes 🙂

Sercial 1937 D’Oliveira (embouteillée en 2008)

Nez de fruits confits et de cerises. La bouche est longue, très longue même, on y trouve une superbe tension avec cette cerise en fin de bouche qui ne nous quitte plus. Très bon

Sercial 1937 D'Oliveira

Sercial 1928 D’Oliveira (embouteillée en 2008)

Nez moins marqué que le 37. La bouche est superbe, équilibrée et tout en finesse. Des arômes de mirabelle et de café.

Sercial 1928 D'Oliveira

Sercial 1910 D’Oliveira (embouteillée en ?)

Couleur ambre, nez de liqueur de cerise.La bouche est magnifique avec de la complexité, un alcool présent, mais bien maitrisé. J’y trouve aussi un peu d’amertume. Il est quand même moins tendu que les précédents.

Sercial 1910 D'Oliveira

Verdelho 1966 D’Oliveira (embouteillée en 2007)

Couleur café clair. Nez confituré avec une bouche tendue et longue. Il est très fin. j’aime beaucoup 

Verdelho 1966 D'Oliveira

Verdelho 1912 D’Oliveira (embouteillée en 2003)

Couleur café, chocolat noir. Nez dense de pruneaux confits et de griotte. La bouche est tout en finesse avec des touches de griotte et de caramel. Il est très aristocrate. Excellent.

Verdelho 1912 D'Oliveira

Boal 1978 D’Oliveira (embouteillée en 2009).

Couleur ambrée foncée. Nez assez discret. Bouche ample, relativement courte et une tension plus présente horizontalement que verticalement.

Boal 1978 D'Oliveira

Boal 1958 D’Oliveira (embouteillée en 2009)

Couleur café, ambre foncé. Nez un peu confituré avec une belle fraîcheur. Il est tout en finesse avec une explosion d’arômes en fin de bouche. La trame est serrée et démontre une superbe acidité. TB

Boal 1958 D'Oliveira

Boal 1922 D’Oliveira (embouteillée en 2005)

Couleur chocolat ambré. Joli nez de griotte, de mirabelle et d’épices. La bouche est superbe avec une explosion de fruits confits. J’aime beaucoup

Boal 1922 D'Oliveira

Bastardo 1927 D’Oliveira (embouteillée en 2006)

Couleur chocolat. Nez discret, voire même très discret. La bouche est peut-être plus alcooleuse et moins tendue que les précédentes, mais quelle élégance ! Une explosion en bouche pour une bouteille presque unique puisque ce cépage est très rare… voire même unique dans ces vieux millésimes.

Bastardo 1927 D'Oliveira

Après une petite pause d’une quinzaine de minutes, on continue la dégustation avec de plus vieux millésimes:

Sercial 1875 D’Oliveira (embouteillage dans les années 70)

Couleur claire. Nez de prune. La bouche est magnifique avec une trame aiguisée et pointue. La pomme verte nous reste en bouche très longtemps et atténue un peu le côté alcooleux.

Sercial 1875 D'Oliveira

Verdelho 1890 D’Oliveira (embouteillée dans les années 90)

Couleur très foncée, chocolat noir. Nez plus dense que le Sercial. La bouche est complexe, fraîche et ronde. Nous avons une magnifique longueur accompagnée de miel et de fruits confits. Probablement la meilleure bouteille jusqu’à présent.

Verdelho 1890 D'Oliveira

Terrantez 1880 D’Oliveira (embouteillée dans les années 80) 

Couleur assez claire, nez confituré et de griottes. La bouche est alcooleuse avec un corps puissant et une longueur hallucinante. Elle ne finit jamais… Superbe ! De plus, ce cépage est très rare !

Terrantez 1880 D'Oliveira

Verdelho 1850 D’Oliveira (embouteillée dans les années 50-60)

Une claque ! Couleur très foncée, chocolat noir. Nez de fruits confits, de café, de caramel et de touches florales. La bouche est extraordinaire, dynamique, toute en explosion, mais avec quand même de la finesse. C’est magnifique… Une complexité hors-norme pour une bouteille qui mériterait le surnom de bombe !

Verdelho 1850 D'Oliveira

Moscatel 1875 D’Oliveira (embouteillée en 1976)

Couleur brun clair, café. Nez plaisant. La bouche est ronde est sucrée. Un bel équilibre qui va de pair avec cette finesse et cette longueur en forme de fleuret. Encore un cépage rare à l’époque.

Moscatel 1875 D'Oliveira

Malvazia 1875 D’Oliveira (embouteillée en 1976)

 Couleur café, ambre. Nez discret et sucré. La bouche est tendue avec des pointes de sucrés. Ce vin n’est pas écoeurant et on y trouve une rondeur très plaisante. Des arômes de miel d’acacias viennent compléter cette jolie bouteille.

Malvazia 1875 D'Oliveira

Après une journée de dégustation, je dois avouer que ma préférence va aux vins plus secs que je trouve plus typés.

Le lendemain (jeudi 19.05) je me retrouve chez D’Oliveira pour continuer et compléter ma dégustation.

Verdelho 1905 D’Oliveira (embouteillée en 2003)

Couleur caramel. Nez de griotte. La bouche est longue, mais avec un manque de tension. Il est assez alcooleux et surtout sirupeux.

Verdelho 1905 D'Oliveira

Verdelho 1900 D’Oliveira (embouteillée autour de 1995)

Couleur beaucoup plus foncée que le 1905, café noir. Le nez est fruité. La bouche est puissante et on retrouve ce fruité très plaisant, mais aussi du caramel et on retrouve l’océan avec ses touches iodées. Excellent !

Verdelho 1900 D'Oliveira

Verdelho 1850 D’Oliveira (embouteillée dans les années 50-60)

On en remet une couche…Couleur toujours aussi foncée. Nez qui dévie un peu plus sur le pruneau confit. La bouche est toujours aussi puissante avec une longueur exceptionnelle. L’acidité est superbe et la trame toujours aussi serrée avec cette explosion en fin de bouche. Toujours aussi hors-norme. Allez j’en achète une bouteille (en fait, c’était le but de ma 2ème visite… j’avais juste envie d’en être sûr…c’est quand même Euro 600 !)

Verdelho 1850 D'Oliveira pour la seconde fois

Sercial 1862 D’Oliveira (embouteillée probablement dans les années 50-60)

Couleur caramel. Nez assez discret. En bouche c’est puissant, alcooleux et d’une belle longueur. La trame est elle aussi serrée. C’est très bon, mais nettement moins impressionnant que le 1850…

Sercial 1862 D'Oliveira

Boal 1908 D’Oliveira (embouteillée dans les années 2000)

Couleur très foncée, chocolat noir. Nez de fruits confits et de pruneaux. La bouche est très ronde, sirupeuse et très longue. On retrouve le pruneau, mais cette fois cuit.C’est vraiment excellent.

Boal 1908 D'Oliveira

Boal 1903 D’Oliveira (embouteillée dans les années 2000)

Couleur café foncé. Nez assez discret. La bouche est très tendue. C’est long et alcooleux. C’est drôle car il ressemble plus à un Verdelho qu’à un Boal…

Boal 1903 D'Oliveira

Moscatel 1900 D’Oliveira (embouteillée dans les années 2000) 

Couleur très foncée. Nez de chocolat. La bouche est très ample et tout en rondeur. Il est fruité avec une belle finesse, d’ailleurs la fin de bouche est tout en dentelle. Le premier doux que j’apprécie vraiment. Très bon

Moscatel 1900 D'Oliveira

Je remercie toute l’équipe D’Oliveira et ses dames qui auront été d’une gentillesse remarquable. Une grande maison qui mérite d’être mentionnée et surtout visitée !

Quelques jours après, nous irons visiter la maison Henriques & Henriques. Une fois de plus l’endroit est très touristique et la dégustation sera très rapide au vu des millésimes présentés.

Henriques & Henriques

Terrantez 1954 Henriques & Henriques (mise en bouteille +/- 2007)

Couleur café. Nez de pruneau cuit et de liqueur de griotte. La bouche est ample, florale et tout en rondeur. Il n’est pas forcément long et a une trame assez souple. Bon

Terrantez 1954 Henriques & Henriques

Verdelho 1934 Henriques & Henriques (mise en bouteille +/- 2007)

Couleur caramel. Nez discret. Bouche aussi discrète, élégante et fine. En milieu de bouche on ressent une trame serrée légèrement alcooleuse, puis on navigue dans une sorte de néant avant de remarquer que c’est la fin ! Décevant.

Verdelho 1934 Henriques & Henriques

Boal 1954 Henriques & Henriques (mise en bouteille +/- 2007)

Couleur caramel. Nez discret et floral. La bouche est une fois de plus élégante et tout en finesse. Une fois encore il sera court et j’aurais cette impression caractéristique de cette maison, d’avoir des vins cuits, fatigués avec ce manque de tonicité qu’on retrouve chez d’Oliveira. Je suis déçu et finis mes dégustations de madères sur cette bouteille 🙁

Boal 1954 Henriques & Henriques

Les vignes à Madère sont extraordinaires et on n’y trouve que de petites parcelles dans des endroits improbables. Les gens en profitent pour y mettre leur potager en dessous. Plus bio que ça tu meurs…

des vignes 1

des vignes 2

des vignes 3

(Suite des vacances à Porto dans le prochain article…)

écrit par | Publié dans: Voyages Dyonisiaques | Mots clefs: ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!