Cet article a été écrit par

10 janvier 2011

Verticale de 3 grands toscans

Verticale de 3 grands toscansVerticale de 3 grands toscans

Le jeudi 18 novembre 2010, nous avons été convié (Patrick et Moi-même) à une très belle dégustation au Rouge et Blanc. L’équipe de Vinosesam nous a organisé une dégustation à l’aveugle des Supers Toscans (Ornellaia, Sassicaia et Solaia). On savait juste le nom des trois producteurs ainsi que le fait que chaque série comportait normalement la même année. Ayant un problème avec mon appareil photo, Francis me fournira les siennes. Merci et Avanti !

Guado al Tasso 1995

On avine les verres avec ce vin bien pâle, sans relief et sans énergie. C’est tannique et métallique…on passe…

On commence la première série avec l’année 2000. Une année très chaude et typiquement sudiste. Je dois avouer que je partais sur une année beaucoup moins chaude et qu’en fin de compte je me suis retrouvé à l’opposé…ça commence bien….

Ornellaia 2000

Nez lacté avec une dominance de cassis et de myrtilles. On sent un vin bien maitrisé et avec une belle acidité. C’est bon, mais on remarque quand même des tannins rustiques et asséchants en fin de bouche.

Sassicaia 2000

Un nez plus fin, plus toasté que le précédant. La bouche est ronde, moins alcooleuse et tannique que l’Ornellaia. C’est fin, calcaire et minéral. Un petit faible pour cette bouteille même si c’est encore très jeune.

La deuxième série est le millésime 1998 qui était une magnifique année en Toscane. Je me rattrape et découvre l’année qui me rappelait certaines bouteilles toscanes déjà bues auparavant.

Solaia 1998

Nez très sudiste. Une bouche tannique, mais avec du fût bien intégré. C’est long, avec une acidité bien prononcée, on retrouve de l’amertume et des fruits noirs acidulés. Beaucoup de fraîcheur.

Sassicaia 1998

Nez beurré, boisé et toasté. La bouche est ample, fruitée et ronde. Il y a une très belle matière. Très bon.

Ornellaia 1998

Nez fruité et chaleureux, très sudiste même si il y a une présence de poivron vert. La bouche est plus présente avec du végétal, de la fougère et une certaine astringence.

La troisième série fera honneur au millésime 1997 qui était exceptionnel. Fermé et peu plaisant lors de la mise en bouteille, il a très bien évolué et est aujourd’hui une année de référence. Je n’ai pas trouvé l’année…

Ornellaia 1997

Nez dense et gouleyant. D’une remarquable fraîcheur. En bouche  c’est fruité, pur, minéral et croquant. Il y a une très belle matière. Magnifique !

Solaia 1997

bouchonnée. On sent malgré tout qu’il y avait une matière énorme… A regoûter…

Magnum de Sassicaia 1997

Long nez, fruité et métallique. C’est beurré, toasté et après un moment ça part sur le menthol et l’eucalyptus. La bouche a moins d’énergie que le nez, mais il y a de la fraîcheur et une élégance remarquable. Très grand.

La série suivante nous amènera sur le millésime 1990 qui a été très chaud et une bouteille du millésime 1991.

Ornellaia 1991

Nez végétal. C’est une série de vins très mature en bouche sauf peut-être celui-ci qui a beaucoup de fraîcheur…

Sassicaia 1990

Nez de raisin de Corinthe, un léger bouchon qui va malheureusement altérer le goût.

Solaia 1990

Nez réduit et animal. En bouche c’est sans relief et un peu trop d’acidité. Ça manque d’amplitude. Décevant.

La dernière série nous apportera sur le millésime 1985. Je dois avouer que je m’attendais à ce millésime considéré comme un des plus grands.

Sassicaia 1985

Nez d’une jeunesse, d’une pureté et d’une finesse remarquable. En bouche c’est énorme. Il y a tout dans ce vin, de la précision, de la finesse et de la longueur. C’est rond, jeune et très sexy. Une bouteille extraordinaire. On en redemande.

Magnum de Château Mouton Rothschild 1985 (on a oublié de faire la photo…)

Il fallait bien un piège et ça sera sur la dernière bouteille. Patrick Regamey et moi-même avions trouvé que ce vin ressemblait à un style bordelais, mais je dois avouer que j’ai quand même été très surpris lorsque l’étiquette a été dévoilée…. Je tiens enfin ma minute de gloire 🙂 (Patrick Regamey a quant à lui l’habitude…)

Nez animal et de tabac. La bouche est plus élaborée avec moins de densité. C’est racé et il évoluera très bien lors du repas qui suivra. Une très belle bouteille aussi. Une belle découverte, mais il y a une telle différence entre ce flacon et celle du Sassicaia…

Fin de la soirée avec le reste des bouteilles et des tapas en entrées.

écrit par | Publié dans: Dégustations et soirées thématiques | Mots clefs: , ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!