Cet article a été écrit par

14 février 2011

Horizontale Bordeaux 1997

Horizontale Bordeaux 1997Horizontale Bordeaux 1997

Me voici chez Francis et le cercle Vinosesam pour une dégustation des Bordeaux 1997. Le maître d’oeuvre de la soirée est Steve Bettschen et la présence d’autres convives ainsi que l’inoxydable Patrick Regamey nous promet une belle soirée. Nous allons être que sept personnes pour une quinzaine de vins ! Je ne suis pas un grand fan, à la base, des Bordeaux récents, mais j’ai décidé de venir voir ce que pouvait donner un « petit millésime ». En fait, la dégustation sera énorme et en fin de compte l’année 1997 sur les grands crus, un millésime d’amateur !

Des conditions tropicales en août avec de la pluie et beaucoup de chaleur = de gros raisins. Les conditions météo exceptionnelles de septembre et durant les vendanges ont permis une belle maturité. La mise en fûts neufs a longtemps donné à ces vins un résultat peu concluant. Une dégustation organisée à Gland il y a quelques années n’avait pas complètement convaincu. Avec le temps le bois s’est fondu et le résultat semble être aujourd’hui prometteur.

Les vins sont servis à l’aveugle deux par deux. Ils ont été ouverts quelques heures auparavant, mais pas de mise en carafe sauf erreur de ma part.

A1) Château La Fleur-Pétrus 1997

2 bouteilles bouchonnées et remplacées au dernier moment par le la Fleur Gazin.

A2) Château La Fleur-Gazin 1997 (80% merlot et 20% de cabernet franc, un vignoble de pomerol entre les deux domaines La Fleur et Gazin)

Nez de poivron et de réglisse. C’est fruité. Ça commence bien ! La bouche est tannique, pas d’une grande longueur, mais on y décèle de la finesse et de l’élégance. Je ressens un peu de verdeur, mais cela n’est pas dérangeant grâce à sa fraîcheur et son côté fruité. Un vin plaisant et harmonieux. A boire.

A3) Château Trotanoy 1997 (90% merlot et 10% Cabernet franc. +/- 25’000 bouteilles produites sur des sols graves argileuses et argiles noires)

Le nez est plus austère, le premier nez sent la poussière, l’humidité et le sous-bois. Après quelques instants dans le verre, on commence à sentir la truffe même s’il est possible qu’un petit côté liégeux affecte ses qualités. La bouche montre un certain élevage et un peu de réduction. Néanmoins, on remarque de la minéralité et un terroir qui montre que ce vin pourrait avoir un potentiel énorme. Une légère discussion se fait sur cette bouteille et le probable problème liégeux. Il en ressort que ce domaine est plus argileux que Pétrus et souvent plus grand… En tout cas pas ce soir !

B1) Château Cheval Blanc 1997 (60% cabernet franc et 40% merlot, terroir de grosses graves en plein plateau calcaire)

On pensait à un vin de Pomerol ou d’un Figeac… On avait tort ! Nous sommes en fait chez le voisin de la Conseillante et de l’Evangile. Nez lacté, floral et vibrant. On aurait dû le trouver grâce à cette pivoine typique de ce vin. La bouche est longue, tannique et ne montre pas beaucoup de folie. On sent une certaine verdeur, de la fraîcheur et beaucoup d’harmonie. Une bouteille à son apogée même si elle peut encore se garder quelques années. Bonne bouteille.

B2) Château L’Angélus 1997 ( 1er grand cru classé B, 23,5 hectares pour +/- 100’000 bouteilles produites)

Nous sommes sur la côte ouest de St Emilion. Nez alcooleux et accompagné de curry et d’olive noire. La bouche est très tannique et stricte. Il y a de la mâche. On sent un peu de verdeur en milieu de bouche. Avec plus de vinosité et de puissance que le précédent. Nous sommes face à un vin surmaturé bien maitrisé, mais qui nous donnera sur le moment bien peu de plaisir.

C1) Château La Fleur 1997 (encore un Pomerol, terroir de 60%  merlot et 40% cabernet franc, +/- 12’000 bouteilles produites !)

Le vin est très mature, nez de raisin de Corinthe, très aromatique avec une pointe de violette qui est classique normalement chez les Margaux. Ça explose ! La bouche est longue, plaisante et sexy. Un vin minéral avec de la sucrosité. Nous sommes face à vin qui fait saliver ! Très bon

C2) Château Pétrus 1997 (95% merlot sur un sol d’argile gonflante, +/- 30’000 bouteilles) 

Pour moi ce vin n’était pas un Bordeaux et était un pirate tellement il était différent et jeune par rapport aux vins déjà dégustés. Löe nez est jeune, frais et d’une belle longueur. Une petite pointe animale et du chocolat. Ce vin est encore sur la retenue ! Une bouche sans fin, une longueur infinie, une grosse minéralité, on y trouve une touche alcooleuse qui est satinée. Un vin qui dégage une jeunesse insolente et une énergie incroyable. Pour moi à coup sûr la bouteille de la soirée ! Ma première Pétrus et un monstre ! Merci Francis pour cette incroyable découverte.

D1) Château Mouton Rothschild 1997 (83% Cabernet Sauvignon, 14% Merlot et le reste en cabernet franc)

Il n’est pas facile de passer après la série exceptionnelle du La Fleur et de Pétrus ! Nez discret de prune et de cerise. Un peu végétal, mais très sexy. La bouche est ronde, minérale et plaisante. Un peu austère quand même par rapport aux vins précédents.

D2) Château Mouton Rothschild 1996 (intéressante comparaison avec le 97)

Nez un peu fermé, mais d’une incroyable jeunesse. On sent aussi le graphite et la mine de crayon. La bouche est fraîche, serrée et d’une jeunesse… Ce vin est très impressionnant. Excellent.

E1) Château Latour 1997 (dominance de cabernet sauvignon 80%, merlot 15% et cabernet franc + petit verdot 5%)

Nez plus évolué que le vin précédent. Il y a de la finesse aromatique, des épices et du bois brûlé. Il est légèrement volatile. La bouche reste dans les mêmes gammes. Elégant et minéral, il a beaucoup de finesse et il a une progression lente, mais sure. Beaux fruits qui naviguent entre la maturité et la jeunesse. Etonnant et très bon.

Il est évident qu’il est difficile de recracher ces vins d’une qualité exceptionnelle. Cela va se ressentir sur mes notes qui sont de plus en plus brèves 🙂 Il nous reste encore 5 vins à déguster !

E2) Château Margaux 1997

Nez de tabac, de réglisse et de chocolat. La bouche est vineuse, chaleureuse et alcooleuse. Un peu plus de densité par rapport aux autres vins. . Un beau vin

F1) Château Lafite Rothschild 1997 (le vin de tous les records, entre 180-240’000 bouteilles produites)

Nez de cèdre et de fruits rouges, plus précisément la framboise. La bouche est austère, ciselée et mûre. C’est très bon

F2) Château Lafite Rothschild 1995

Bouchonnée.

Patrick Regamey a apporté deux bouteilles à l’aveugle qui avaient à l’époque impressionné les dégustateurs présents et battu nombre d’autres bouteilles de Bordeaux dans le millésime 1997. Avec maintenant un peu de recul et des vins à l’apogée, ces deux bouteilles sont loin derrière par un manque de classe et de subtilité.

Topazio 1997 de Tenuta Bailly (production entre 800-2’000 bouteilles, en général 80% cabernet et 20% merlot)

Un vin tessinois qui semblerait-il est produit seulement dans les grandes années. Robe dense. Nez sur les fruits rouges. La bouche est pâteuse, lourde et chaleureuse. Un vin monolithique qui nous laisse de marbre. Un peu déçu.

Robert Mondavi Cabernet Sauvignon Reserve 1997 (91% de cabernet sauvignon et 9% de cabernet franc et petit verdot)

Un vin de Californie noté par Parker à plus de 95 points ! En fait ce qui est assez normal pour un vin de cette région 🙂 Nez de cassis et de tomate (si si vous avez bien lu). La bouche est exotique, un vin écoeurant et qui lasse tout de suite. Bof…

Un repas est servi avec le reste des vins. Autant vous dire que je me suis régalé du Pétrus  (merci à mon voisin de droite :-)) ainsi que deux ou trois autres verres de ces excellents Bordeaux. Enfin…

Je tiens une fois de plus à remercier les organisateurs et Francis qui nous a reçus dans sa demeure et qui m’a fourni une partie des photos. Je remercie aussi Massimo qui m’a gentiment reconduit à la maison. Le lendemain la journée a été longue, mais que la soirée fut belle et passionnante. Bravo !

écrit par | Publié dans: Dégustations et soirées thématiques | Mots clefs: , , , , , ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!