Cet article a été écrit par

10 mai 2011

Découvrir les Cinque Terre

Découvrir les Cinque TerreDécouvrir les Cinque Terre

Je me retrouve, ce jeudi 24 mars 2011, avec mon père pour une dégustation des vins de Cinque Terre. Une découverte pour moi et une région qui semble fort intéressante avec des falaises abruptes au bord mer. Un grand terroir à l’abandon, mais encore quelques vignerons qui veulent faire un vin de qualité. Nous sommes à l’extrémité est de la Ligurie. Il y a principalement trois cépages: le Bosco et l’Alvarola qui sont des cépages blancs locaux et le Vermentillo qui a été ajouté plus récemment pour donner au vin un côté plus fruité.  Gianni Fabrizio du Gambero Rosso était présent ainsi que deux vignerons locaux: Samuele et Tonino Bonanini.

on commence avec la première série de 3 vins:

Cinque Terre Libeccio 2009 Cantina Sociale delle Cinque Terre

c’est une cuvée d’une coopérative. Nez de miel. Bouche verte, amère et iodée. Un vin un peu simple dans sa structure.

Cinque Terre 2009 Begasti – Monterosso

3’100 bouteilles de produites. Nez floral, fruité avec des notes d’ananas et de groseille à maquereau. On dirait un sauvignon. La bouche est lourde, grasse avec beaucoup de longueur. Amertume en fin de bouche.

Cinque Terre 2009 Cheo – Vernazza

Nous sommes sur un vin produit avec un cépage très rare: le Picabon ! Le nez est net et propre. La bouche est très longue, tendue et de la finesse. Le plus beau de la série.

La deuxième série sera bien faible:

Cinque Terre 2009 Capellini Luciano – Volastra

5 jours de macération. Le nez est minéral et pur. Un peu en retrait quand même. La bouche est tendue avec une acidité bien présente. De l’amertume en fin de bouche et des notes d’amandes.

Cinque Terre Acquamarina Tobiolo 2009 Cantina dei Tobioli – Manarola

Nez soufré. Bouche acide et se perd en route. Bof

Cinque Terre 2009 Crovara – Manarola

Nez de pomme blette. Vin oxydé. On passe

Troisième série qui commence d’ailleurs mal:

Cinque Terre 2009 Burasca – Manarola

Pour info, un vin sans macération. Nez et Bouche: idem que le vin précédent….

Cinque Terre 2009 Forlini Cappellini – Manarola

Un vin sans macération, 80% de Bosco. Nez discret. Bouche, droite, de la plénitude et beaucoup de minéralité. Moins d’acidité que les vins précédents, mais il a quand même une bonne tenue. Des notes de poire au final pour un vin qui est plaisant.

Cinque Terre 2007 Walter De Blatte – Riomaggiore

Une production de 1’500 bouteilles.70% de Bosco. Nez boisé (7 jours de macération sur peaux), avec des notes de balsamique, de garrigue et de miel. La bouche est longue, tendue et démontre une belle acidité.Des épices orientales viennent parfaire le palais. Beaucoup d’énergie dans ce vin qui est probablement le plus beau de la soirée même si l’élevage se fait sentir et que la matière est quand même plombée par le bois. A regoûter dans quelques années pour ceux qui en ont en cave…

Quatrième série:

Cinque Terre 2008 Campogrande – Riomaggiore

Vin composé de 30% d’Albarola. Nez fermé au départ. Avec le temps un peu d’eucalyptus dominé par un côté animal et de réduction. La bouche est très acide et amère. Il assèche le palais. Problème de bouchon à mon avis.

Cinque Terre 2009 Possa – Riomaggiore

Nez boisé d’acacias. En bouche on retrouve l’acacia, mais le vin est d’une belle finesse, avec du gras,de la fraîcheur et un côté doucereux. Long et très plaisant.

Cinque Terre 2004 Bonanni Fellegara – Riomaggiore

Macération entre 4/5 jours. Nez évolué, animal et réduit au départ. Avec le temps un peu de pomme verte acide. Un vin qui est dominé par une acidité trop présente et dérangeante !

Dans cette cinquième série, on attaque les vins passerillés:

Sciacchetrà 2008 Cantina Sociale delle Cinque Terre

10 jours de macération. 800 bouteilles produites. Nez soufré. Bouche iodée, tendue et courte. Un peu simple.

Sciacchetrà 2006 Walter De Batté – Riomaggiore

70 jours de passerillage et deux ans en cuve inox. Beaucoup de volatile. En bouche c’est salin et l’acidité présente s’allie bien avec celui-ci. Des notes d’abricot et un beau final terminent ce joli vin.

et pour finir la dernière série:

Sciacchetrà 2008 Campogrande – Riomaggiore

360 bouteilles produites. 100% De Bosco dans des barriques de chêne. Nez volatile. Bouche avec beaucoup de tension, de finesse et d’équilibre. Très bon

Sciacchetrà 2008 Possa – Riomaggiore

400 bouteilles en barriques de poirier et de cerisier. 80 % de bosco et de vieux cépages pour le reste. Couleur ambre. Nez de poire. Bouche dense, tendue, mais avec moins d’équilibre que le précédent.

Une soirée initiatique qui aura été enrichissante, puisque j’ai découvert une nouvelle région et des vins atypiques. Le niveau des vins secs est par contre loin d’être au niveau et je pense qu’il y a encore du travail à fournir pour arriver à un résultat qualité/prix intéressant. Pour les liquoreux, il est indéniable que la qualité est plus présente, mais le problème reste le prix très élevé pour la plupart des amateurs. Il est vrai aussi que le peu de bouteilles et les conditions de travail poussent peut-être le prix vers le haut.

écrit par | Publié dans: Dégustations et soirées thématiques | Mots clefs:

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!