Cet article a été écrit par

10 janvier 2010

visite du Casot des Mailloles

visite du Casot des Maillolesvisite du Casot des Mailloles

Voyage du 27 au 30.04.2008 avec Carmen et Ludo. J’aime cette région du sud: les gens y sont généreux, simples et pleins de vie; le vin y est comme les gens et le climat toujours ensoleillé ce qui, sans aucun doute, doit expliquer et les gens et le vin !

Lors de ma première visite fin 2006, la fiesta de Banyuls battait son plein: un grand moment pour qui n’a jamais fait la fête dans le pays du rugby. Une folie qui commence dans les rues et fini sur la plage jusqu’à ce que le vin et les participants s’épuisent. C’est à cette occasion que j’avais fait la connaissance pour la première fois d’Edgar à la Cave Saint-Jacques ainsi que sa femme Nathalie, productrice de vinaigres.

la loi de la jungle

sur la plage

et ça continue

l'orchestre

Cette fois-ci, pas d’orchestre ni de fiesta, mais une visite à trois personnages de Banyuls: Nathalie, Edgar et Alain. Ludo et Carmen m’accompagnent dans cette virée à la rencontre de gens vrais, passionnés et amoureux de la nature.

Nous commençons par la vinaigrerie artisanale La Guinelle. Pour trouver l’endroit, il faut arpenter de petites routes au milieu des collines. L’endroit est charmant et on découvre une des seules (la seule ?)  vinaigreries à l’air libre. Un incroyable pari que Nathalie Herre a pris pour le plus grand plaisir des amateurs.

la vinaigrerie de Nathalie 3

la vinaigrerie de Nathalie

la vinaigrerie de Nathalie 2

Je vous conseille d’ailleurs vivement d’aller visiter son site http://www.levinaigre.com pour avoir des informations supplémentaires.

Le soir, Edgar et Nathalie nous invitent à manger dans leur maison. C’est eux qui vont me faire connaître des noms comme Overnoy, Bornard dans le Jura et le domaine Casot des Mailloles à Banyuls… Grâce à eux, je vais aussi découvrir pour la première fois (et oui encore…) les vieux vinaigres balsamiques. Un pur régal !

Le lendemain, on part en promenade avec Alain Castex et sa femme Ghislaine, Ludo, Carmen, Nathalie, Edgar et moi-même. Alain nous montre ses vignes. Je dois bien l’avouer, elles ne ressemblent pas aux autres vignes lunaires des alentours… sauf peut-être celles de Bruno Duchêne qui sont voisines. Ce dernier vigneron qui fait des vins naturels de toute beauté (La Pascole, Corral Nou, La Luna ou encore Tomeu) partage d’ailleurs les parcelles du haut pour éviter le déversement des produits chimiques des voisins.

en route pour les vignes d'Alain

en pleine discussion de labourageses vignes

 

 

 

 

 

 

 

 

Alain nous explique son travail en précisant que tout est fait à la pioche et qu’il laboure manuellement. On imagine aisément ce grand gaillard travailler avec amour ses vignes et on devine que physiquement la tâche est dure, le sol ne se laissant pas dompter aussi facilement. Il nous avoue même devoir parfois faire appel à la dynamite pour pouvoir replanter des ceps…

cep de vignes J’admire ces vignerons qui ne cherchent pas la facilité dans le travail, mais le respect de la nature et de ses éléments. D’ailleurs, on retrouve très souvent cette alchimie dans le vin. Quand on boit un de leurs vins, on ne peut être que contemplatif du résultat.

ses vignes bis

écrit par | Publié dans: Voyages Dyonisiaques | Mots clefs: ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!